Maledictions-magic

Forum paranormal magie occultisme ovnis science quantique
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faits et nouvelles dans les rapports de presse ou de police ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 06/01/2009
Age : 29
Localisation : Lyon 69

MessageSujet: Faits et nouvelles dans les rapports de presse ou de police ....   Ven 9 Jan - 13:37

Satanisme: En Afrique du Sud, 3 enfants victimes de rites sataniques

Le tatoueur Robbie “ Goggaman “ Classen, originaire de Pretoria et âgé de 38 ans, va savoir le 27 novembre 2003 si la Cour pense qu’il a fait subir des actes sadiques à des enfants au nom de Satan, ou s’il est une innocente victime de son étrange apparence.

La Cour supérieure de Pretoria doit délivrer son jugement pour les dix accusations de viols, d’enlèvements et de tortures dont est accusé Classen. Trois membres de sa famille, une fille et ses deux frères, âgés respectivement de 7, 9 et 11 ans, affirment qu’ils ont été victimes d’événements bizarres à leur domicile de Schubart Park à Pretoria en 2000. Ils racontent que Classen les force à “ avaler des goggas “ (insectes), et qu’il “ sacrifie des enfants au nom de Lucifer “. Ils parlent aussi de “ diables aux queues enfammées “.

Pendant toute la durée du procès, la cour entend des récits de projection astrale, où les âmes des enfants “ abandonnent leur corps “ et d’objets qui se déplacent par télépathie.
Classen aurait violé la fillette et sodomisé ses deux frères. Pour une psychiatre qui a examiné les enfants, “ ils n’arrêtent pas de parler du sataniste et des rituels sadiques auxquels ils ont été soumis. Depuis ce temps-là, ils ont des cauchemars récurrents où ils voient des serpents et du feu. Ils sont terrifiés car Classen a menacé de les tuer, ainsi que leur mère. Ils sont tellement traumatisés qu’ils sont devenus hyperactifs.”

Lors du procès, la mère des trois victimes a indiqué que son fils aîné “ quittait son corps “ pour poursuivre ses soeurs avec une hache, en menaçant de les tuer : “ A deux reprises, je l’ai vu assis en train de méditer, les yeux révulsés, avec sa gorge qui émettait un bruit étrange, comme un chant. Une fois, les deux fillettes sont venues me voir en hurlant. Il les pourchassait une hache à la main, et menaçait de les tuer. Je ne sais pas comment il pouvait y arriver. La hache est si lourde que je n’arrive même pas à la soulever. Quand il m’a aperçu, il a tout de suite laissé tomber la hache, puis il s’est assis pour se mettre à hurler contre moi. Après, il était épuisé et il ne se souvenait même pas de ce qui s’était passé.”

Pendant son témoignage, elle admet que ses enfants souffrent déjà de problèmes émotionnels avant leur rencontre avec Classen. Sa fille, notamment, a été traumatisée lorsque l’ancien compagnon décédé de sa mère avait violenté la fillette. Pour tenter d’apaiser leurs cauchemars, elle les a emmenés à de nombreuses prières avec le pasteur de sa paroisse.

30 meurtres d’enfants

En 2001, suite à son arrestation, Classen est interrogé par une policière experte dans les crimes occultes, Rietta Everton, à qui il indique la signification de ses différents tatouages. La rose exprime l’amour qu’il ressent pour sa mère. Pour le poème qui se lit sur sa cheville, “ je projette mes démons intérieurs par le canal de mes bras et de mes poings pour frapper mes victimes,” explique-t-il. Les démons sont particulièrement actifs lorsqu’il est “ fâché avec un ennemi “. Quand les enfants affirment à Rietta Everton que Classen possède un tatouage sur son pénis, elle a pu vérifier la véracité de leurs dires.

Classen contredit les affirmations des victimes qui parlent de 30 meurtres d’enfants et de parties de corps conservées dans des placards qui sont le “ fruit de leur imagination “. Un des enfants affirme qu’il a vu le personnage fictif d’ET atterrir dans son vaisseau spatial à Schubart Park.

Pour Classen, c’est son look qui en fait un accusé idéal, avec ses tatouages sur le diable, ses piercings et ses vêtements gothiques. Il ajoute que ses propres enfants ont peur de lui. Dans l’attente du jugement, Classen doit rester emprisonné jusqu’au 4 décembre 2003.



Le sataniste sud-africain est condamné pour des viols et tortures pédophiles

Le tatoueur Robbie “ Goggaman “ Classen, originaire de Pretoria, a été condamné à la prison à perpétuité plus 60 années supplémentaires pour le kidnapping, le viol et des actes de torture commis à l’encontre d’une fillette de 7 ans et de ses deux frères.

La condamnation a été prononcée le jour de son quarantième anniversaire. Classen, qui arbore des tatouages sur tout le corps, y compris sur son pénis, aurait attaché sa victime à une croix, pour l’obliger à avaler des cafards et il aurait également sacrifié d’autres enfants devant elle.

La Cour n’a pas retenu les accusations de meurtres ou de satanisme à l’encontre de Classen, car différents experts ont témoigné que des enfants confrontés à des actes occultes ont tendance à exagérer les actes qu’ils ont subis. Par contre, les agressions sexuelles sont indiscutables, car les trois victimes ont décrit les divers tatouages et piercings apparents sur le pénis de Classen, avant que ce dernier ne subisse un examen médical.

Source : SAPA (13 janvier 2004)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maledictions-magic.mmorpgheroes.com
 
Faits et nouvelles dans les rapports de presse ou de police ....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 40 days for Life _ Que de bonnes nouvelles !! LOUANGES a DIEU
» Coupures de presse - L'illustré - 07 octobre 1954
» Valoriser les élèves qui ont lu plus de nouvelles dans un contrôle de lecture
» Repérer les phrases évaluatives dans les articles de presse à partir d’indices et de stéréotypes d’écriture
» Paris – Une jeune femme voilée frappée dans un bus, interpellée par la police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maledictions-magic :: Experiences :: Experiences personnelles-
Sauter vers: